Actualités

Points de vue sur l'actualité de
l'assurance vie et le sujet des bénéficiaires.

Le poids des TAUX , le choc de l’EURO… Episode 1

Annabelle Delestre 12 septembre 2019

Les taux d’intérêt entrent en territoire négatif.

A lire dans cet épisode : Avis de tempête sur la planète épargne – La position du régulateur.

Avis de tempête sur la planète épargne.

Avec l’arrivée des taux d’intérêt négatifs, le rendement des fonds en euros est mis en question par le régulateur et la profession.

La baisse des taux d’intérêt s’est déjà fait sentir sur le rendement des fonds euros : 1,8% en moyenne en 2018. Mais une nouvelle page est en train de s’écrire car les taux d’intérêt d’État sont entrés en territoire négatif cet été et le régulateur * vient de prédire la fin des fonds en euros. Il a été suivi par Generali, Allianz, Suravenir qui ont annoncé des mesures de restriction à l’entrée sur les fonds en euros sous forme de quota d’unités de compte (UC) Puis par le Crédit Agricole privilégiant la modulation des frais d’entrée.

Certes la durée du placement est en moyenne de 11 ans en assurance vie et permet une diversification rentable en actions sur le long terme. Si les épargnant français sont réputés pour leur taux d’épargne élevé ils le sont aussi pour leur aversion au risque. 

L’heure est donc à la transition dans l’allocation supports et produits, avec de gros enjeux de pédagogie et d’outils pour concilier rentabilité et sécurité . A suivre de très prés ! 

La position du régulateur.

Bernard Delas, vice-président de l’ACPR lors d’un entretien accordé à L’Argus le 10 septembre 2019. Extraits.

 « Il faudra aussi renoncer aux produits en euros offrant à la fois la protection du capital et une liquidité permanente. Les assureurs devront imaginer de nouvelles offres et, étape par étape, habituer leurs clients à prendre une part de risque. C’est une question de pédagogie et d’éducation financière»

“La pression est de plus en plus forte sur les frais de gestion et de distribution. Ils sont plus visibles et le consommateur les juge d’autant plus excessifs que le taux de rémunération de l’épargne ne permet plus de les masquer.